Une semaine riche en expérience comme je les aime !

Lundi, alors que j’étais à mon bureau bien décidée à écrire ma newsletter, un sms a chamboulé mon planning : « Belle-Ile en avion demain, ça te dit ? » m’écrivait une amie.

Mais quelle question ?! Bien sûr que je suis partante : une virée en coucou par un temps magnifique avec des gens adorables, il faudrait être difficile… En plus, je ne suis jamais montée dans ce genre d’engins et je ne connais pas Belle-île !

Cette image idyllique a été vite remplacée par des réflexions plus terre à terre : « j’ai du travail », « j’ai un RDV » et « je dois récupérer ma fille à 18 :00 chez la nounou. » Beaucoup moins fun !

S’en est suivi une bataille de réflexions : « Ce n’est pas parce que tu travailles pour toi que tu peux poser un jour de congés pour le plaisir », « Qui pourrait bien te dépanner pour aller chercher Salomé ? », « Quelle chance de pouvoir partir en avion à Belle-île par ce temps magnifique !

« C’est peut-être la première et la dernière fois que tu as cette chance ! »

Cela me rappelait une discussion avec l’amie du sms quelques temps plus tôt : en résumé, nous avions constaté que malgré une certaine disponibilité, j’avais passé l’année précédente à travailler dur sur mon projet. Il m’avait été difficile de prendre du temps pour moi et poser quelques heures par semaine pour faire du sport ou m’aérer l’esprit. J’en étais déçue mais convaincue que je n’avais pas pu faire autrement, coincée dans une croyance tenace : il faut travailler dur et beaucoup pour réussir (ou mériter). Je ne m’autorisais donc pas à faire autre chose que travailler. 

Capture d’écran 2016-07-25 à 17.42.08Cette fois, j’avais avancé, j’étais consciente que mon efficacité dépendait d’un équilibre entre mon travail et des moments                 « ressources » qui me permettaient de prendre du recul, récupérer de l’énergie et nourrir ma créativité.

Il ne me restait plus qu’à le prouver !

C’est amusant (ou pas) de constater que nous sommes capables de nous réorganiser efficacement lorsque nous avons des contraintes majeures telles qu’une voiture en panne, une jambe dans le plâtre ou un collaborateur malade : nous trouvons toujours une solution et rattrapons notre retard ensuite. Nous nous concentrons alors sur ce qui est urgent et important et remettons à plus tard ou éliminons les tâches accessoires, n’est-ce pas ce qu’on appelle efficacité ? Alors pourquoi culpabiliser si c’est pour être plus performant ensuite ?

Une heure après un nouveau SMS qui disait « Débrouille-toi pour pouvoir venir », j’avais trouvé une amie pour récupérer ma fille, acheté un nouveau réhausseur, reporté mon RDV et j’étais toute excitée à l’idée de partir en escapade le lendemain. Comme quoi, quand on veut…

Je suis donc allée à Belle-île en « coucou » et nous avons passé une journée magnifique : paysages splendides, des éclats de rire dans une Diane décapotable bleue et une super expérience dans le cockpit : FOX Alpha Victoria Zoulou, j’écoute 😉

A 19 :00 sur le point de décoller, nous avons été surpris par une entrée maritime très rapide. En moins de 5 minutes, le tarmac était recouvert un brouillard façon Highlands écossais : nous étions bloqués sur l’île jusqu’au lendemain.

Une bonne leçon d’humilité cette fois : nous sommes peu de choses face aux éléments ! il faut savoir lâcher prise quand le déblocage de la situation ne dépend pas de nous ! Sachons nous adapter, comme toute entreprise doit le faire en fonction de la conjoncture, des demandes clients qui évoluent, de contraintes réglementaires particulières…

IMG_0136

S’adapter, c’est continuer à vivre dans un environnement qui évolue, ne pas s’adapter, c’est se couper peu à peu du monde qui nous entoure.

De retour à mon bureau le lendemain, je me suis mise à travailler pleine d’énergie, focalisée sur l’urgent et l’important et pleine de couleurs (quelques coups de soleil ;-))

Cette aventure est représentative du quotidien d’un entrepreneur : nous devons avoir une vision précise de ce que l’on souhaite, suivre notre plan tout en nous adaptant aux contraintes et opportunités que nous rencontrons sur notre chemin. Rien n’est figé, tout évolue.

Une vie d’entrepreneur, c’est une vie riche de superbes aventures avec quelques contraintes 😉

Amusons-nous, soyons curieux, nous n’en serons que plus efficaces. 

Aujourd’hui, non seulement je suis ravie d’avoir saisi cette opportunité mais elle me permet de rédiger cette première newsletter, top, non ? 😉

Et vous, quelle est la dernière opportunité que vous ayez saisie ?