La demande d’augmentation que vous méritez bien, l’appel à un client qui s’annonce difficile, la mise à jour de votre cv qui vous permettrait de changer de job, la séance de sport qui vous ferait du bien … vous le remettez sans cesse à demain ? OUI ?? Vous procrastinez !!

Pourtant, vous aimeriez bien vous y mettre mais vous n’y arrivez pas. Pas de panique, ni de culpabilisation excessive, la procrastination, nous la pratiquons toutes à un moment ou un autre. Il est  juste temps de regarder ce qui se cache derrière et surtout, de trouver les leviers pour enfin passer à l’action !

La stratégie de la procrastination

Commencer par les tâches les plus faciles, passer d’un sujet à un autre, s’éparpiller…


Quand nous cherchons à repousser l’échéance, nous sommes capables de développer d’incroyables stratégies ! Du latin pro « en avant » et crastinus « du lendemain », procrastiner ne veut pas dire « ne rien faire » ! Bien au contraire, pour éviter LA tâche que nous savons devoir faire, nous mettons tout en œuvre pour « la remettre à demain ».

Les conséquences ? Prendre conscience que nous n’avançons pas, s’éparpiller, ne pas atteindre les objectifs fixés, ne pas obtenir les résultats prévus et finalement douter de nos capacités.  Bref, nous n’avons rien fait et notre confiance en prend un coup !

Une bonne raison pour ne pas avancer

Alors que peut-on faire ?

Déjà, dites-vous bien que cette tendance à différer est certainement justifiée. Quand on procrastine, on cherche avant tout à se protéger d’une éventuelle souffrance, elle-même associée à une peur. Ne pas être à la hauteur, ne pas faire assez bien, ne pas être comprise… nombreuses sont les peurs qui nous paralysent et nous empêchent de passer à l’action. Souvent pour éviter d’y faire face, nous préférons repousser. Au final, nous nourrissons d’autres besoins comme la sécurité, la reconnaissance, l’acceptation… et c’est normal !

Si vous procrastinez, vous avez sans aucun doute une bonne raison de le faire.

Alors 1ère étape : demandez-vous pourquoi vous procrastinez.

Vous aviez prévu d’envoyer une newsletter et vous bloquez ? Pleins de causes possibles : vous ne l’avez pas encore écrite, vous ne savez pas quel sujet traiter, vous pensez en avoir pour des heures avant qu’elle soit “parfaite”, vous faites des fautes d’orthographe, vous n’avez pas les bonnes photos, vous ne savez pas utiliser votre logiciel d’envoi, vous avez peur de ne pas être à la hauteur des attentes de vos lecteurs… Bref, vous l’avez compris… Les raisons possibles sont nombreuses. Donc, quand vous bloquez, demandez-vous POURQUOI. Que gagnez-vous à ne pas vous lancer ? 

Parfois procrastiner nous permet de nous protéger, ne pas nous confronter à la réalité et rester dans une vision idéalisée 

Si vous ne refaites pas votre CV, vous ne pourrez pas envoyer votre candidature, vous ne pourrez pas recevoir de refus mais vous êtes sûre de ne pas avancer… Et vous risquez de vivre avec des regrets.

Souvent, le seul risque que vous preniez en vous mettant en action, c’est d’obtenir ce que vous voulez ! Au pire, il ne se passe souvent rien… peut-être un ego éraflé 😉

Identifier ses peurs

C’est quand on commence à se projeter que les peurs remontent. Justement, identifier ses freins est fondamental pour débloquer la situation et arrêter la procrastination. Alors allez-y, listez ce qui vous effraie et les conséquences éventuelles. Sont-elles rationnelles ou fantasmées ?

Dans mes accompagnements, voici celles qui reviennent le plus souvent :

  • Peur de ne pas être légitime,
  • Peur de l’échec mais aussi de réussir,
  • Peur de ne pas faire parfaitement les choses,
  • Peur de ne pas gagner assez d’argent,
  • Peur de la solitude…

Ces peurs touchent la plupart du temps deux points fondamentaux :

  • L’image de soi avec le risque de changer la perception que les autres ont de nous et de ne pas ou plus être acceptée par exemple,
  • L’incertitude quant à l’avenir. Sortir de notre zone de confort bouleverse nos repères.

Dépasser ses peurs

C’est en comprenant ce qui nous empêche d’agir que l’on retrouve son pouvoir d’action.

Peut-être vous rendrez vous compte que votre objectif n’était pas assez précis ? Clarifiez-le, identifiez ensuite les différentes étapes pour y arriver…  et commencez par la première !

 Vous avez peur de ne pas bien gagner votre vie dès le démarrage de votre activité ? Une activité à mi-temps, un livret A qui sommeille, des indemnités Pôle Emploi, un emprunt auprès de votre banquier préféré ou de l’argent prêté par Mamie : toutes les solutions sont bienvenues pour assurer le coup la première année.

A chaque peur sa solution et vous verrez à quel point vous pouvez faire preuve de créativité 😉

Mes 3 techniques pour oser se lancer !

Et au quotidien, quand je procrastine, quelle solution, me direz-vous ? Je vous livre quelques-unes de mes techniques favorites.

– Vous avez un gros projet ( il vous semble même énnooorme ;-)) ?

1 : Adoptez la technique des petits pas. Comme l’écrit Robert Maurer « Un petit pas peut changer votre vie » ! Il n’est pas toujours besoin de changements radicaux. Une action après l’autre permet souvent d’amorcer le changement et se mettre dans une nouvelle dynamique. 

-Vous retardez un appel téléphonique important ?

2 : Préparez-le, respirez un bon coup, comptez 5, 4, 3, 2,1 et décrochez votre téléphone ! Cette technique de Mel Robbins est imparable pour passer à l’action !

– Vous reculez devant une tâche désagréable ?

3 : Testez la technique des 5 minutes du Dr. Bruno Koeltz. L’auteur de « Comment ne pas tout remettre au lendemain » propose de démarrer pendant 5 minutes, chrono en main. Une fois le temps écoulé, vous avez le choix : poursuivre ou arrêter. La plupart des gens sont lancés et continuent. Moralité : Démarrez… right now 😉 

Vous avez vos propres techniques ? Comment faites-vous pour arrêter de procrastiner ? N’hésitez pas à partager vos méthodes en commentaire.

Et si remettre sans cesse au lendemain vous pèse trop, inscrivez-vous à une séance gratuite 😉 (valeur 135€). Nous discuterons de votre situation et nous verrons si et comment je peux vous aider. Attention, seulement 5 places /mois.