Le job parfait, l’idée du siècle, le moment idéal… ça fait longtemps que vous l’attendez ! Résultat : vous trépignez, vous stagnez et votre motivation semble s’éteindre à petit feu. Oui, de peur de ne pas faire parfaitement les choses, nous retardons le passage à l’action au risque de rester bloqué.

Pour en finir avec le perfectionnisme sclérosant, je vous invite à découvrir d’où il vient et surtout comment vous en défaire pour enfin avancer avec sérénité !

Le perfectionnisme, un frein ou un moteur ?

A la question tant redoutée lors des entretiens de recrutement « Quels sont vos principaux défauts ? », vous vous êtes déjà entendue répondre « Je suis perfectionniste ». Tout en essayant de justifier que, quand même, c’était également un atout ! En effet, être exigeant et avoir le souci du détail peut faire de vous quelqu’un de persévérant et de consciencieux. Là où le bât blesse, c’est quand on ne peut plus s’empêcher de s’agripper à des éléments qui freinent nos projets et ceux des autres. Or, avec l’accélération du rythme de la société, les perfectionnistes peuvent vite rester sur le banc de touche !

La recherche de la perfection, un cercle vicieux !

Votre job actuel ne vous plaît plus, alors vous guettez les offres d’emploi à la recherche DU poste idéal. Mais à chaque fois, il y a « un truc qui ne colle pas » !

Votre profil ne correspond pas point par point et puis ça fait longtemps que vous travaillez dans votre entreprise. Et si vous perdiez tous vos avantages acquis ?

C’est décidé, vous vous lancez dans l’entrepreneuriat. Pour cela, il vous faut LE concept qui va vous assurer la réussite. Alors vous cherchez et c’est quand vous l’aurez trouvé que, vraiment, vous vous lancerez.

A rechercher l’idéal « avant de »,  on peut attendre indéfiniment et, au final, ne jamais faire ce qu’on rêvait pourtant de réaliser. Et puis, plus on attend, plus on perd confiance, moins on passe à l’action !

La perfection, une histoire de projections !

Qu’est-ce qui peut bien nous freiner au point de parfois rester dans une situation de mal-être ? Si la peur du changement (Je sais ce que je perds, je ne sais pas ce que je gagne !) est un facteur important, c’est souvent l’idéalisation de la future situation et de nous-mêmes qui nous empêche de nous lancer.  On ne voudrait surtout pas décevoir nos futurs collègues, clients ou nos proches !

Mais finalement, savez-vous s’ils partagent les mêmes exigences que vous ?

Et si la perfection n’existait pas ?

« Ne craignez pas la perfection. Vous n’y parviendrez jamais. », Salvador Dalí. Pour ne pas vous épuiser à rechercher un idéal inatteignable, je vous livre 3 conseils pour assouplir votre tendance perfectionniste.

Tout est relatif !

Tout le monde ne place pas le curseur au même endroit. Le danger avec le perfectionnisme est de s’imaginer de façon démesurée ce que souhaite votre interlocuteur.

Si vous placez la barre trop haut, vous risquez de vous sur investir et de vous épuiser pour, en plus, ne pas être reconnue. Eh oui, la personne en face n’en attendait peut-être pas tant !! Ce qui est parfait pour les uns, ne l’est pas toujours pour les autres.

Commencez donc par déterminer les besoins de votre manager ou de vos clients et fixez avec lui/eux des critères mesurables.

Si vous êtes entrepreneuse, cela vous permettra notamment d’élaborer plusieurs catégories de prestations et de fixer vos tarifs en fonction du résultat attendu.

Et puis, dans le travail comme dans la vie, rien n’est figé. N’oubliez pas que les choses peuvent toujours évoluer. Ayez foi dans vos capacités de dialogue afin de sortir du « tout ou rien ».

Qui peut le plus peut le moins !

Descendez la barre et adoptez la méthode des petits pas !

Fixez vous des objectifs réalisables et surtout des deadlines. La peur d’un résultat idéalisé peut nous pousser à procrastiner. En découpant votre projet par petites étapes, il vous semblera plus accessible.

Au final, ce que vous obtiendrez ne sera peut-être pas aussi élaboré que ce que vous aviez imaginé au départ. Mais vous aurez la satisfaction de vous dire « ça c’est fait » ! 

Qui peut le plus peut le moins !

« Personne n’est parfait ! » Vous le savez pourtant, alors évitez de laisser trop de place à votre critique intérieur. Quand vous bloquez à une étape, demandez-vous « Finalement, le job, le site web, le projet parfait… qu’est-ce que c’est ? »

Quand on entre dans une phase de changement, on peut facilement souffrir du Syndrome de l’imposteur et avoir en permanence le sentiment de ne pas être à la hauteur.

Et si vous étiez simplement vous-même avec vos points forts ET vos imperfections ?

En faisant preuve d’authenticité, vous serez sans doute surprise par l’accueil de vos collègues ou clients, souvent plus bienveillants que ce que vous aviez imaginé.

Vous voulez faire un premier pas vers vous-même ? Je peux vous aider à faire le point sur votre situation et à passer à l’action pour réaliser votre projet professionnel. Inscrivez-vous à une séance gratuite (valeur 135€) et nous verrons si et comment je peux vous accompagner. Attention, seulement 5 places /mois.