« Non mais là, j’ai eu de la chance… et puis les circonstances étaient différentes ». Cette phrase vous parle ? Vous aussi, vous avez du mal à vous attribuer la réussite de vos accomplissements ? Vous pensez qu’elle est due à votre travail acharné, à vos relations ou à un élément extérieur mais en aucun cas à vos compétences.

Vous souffrez sans doute du Syndrome de l’Imposteur ! Alors allons voir ce qui se cache derrière ce sentiment de ne pas être légitime et comment le dépasser.

L’imposteur, ce débutant qui n’y connaît rien !

Evolution ou reconversion professionnelle, les changements de cap sont souvent des étapes où l’on se voit « repartir de zéro ». Certes, vous pourriez capitaliser sur votre expérience, votre capacité à évoluer ou cette formation que vous venez tout juste de terminer mais, curieusement, vous semblez ne plus pouvoir compter dessus.

Alors, vous vous lancez un nouveau défi mais avec la casquette de « débutante ». Une façon de ne pas viser trop haut … des fois que vos réussites précédentes auraient été un coup de chance ! A moins que vous ne deviez travailler « comme une malade » pour rattraper le niveau des autres et ce, avant que l’on ne s’aperçoive de la supercherie !

La peur d’être démasquée !

Car oui, le Syndrome de l’Imposteur, décrit par les psychologues Pauline Rose Clance et Suzanne Imes, est une croyance qui empêche de s’approprier ses succès et le mérite lié à son travail.

Un nouveau choix de vie professionnel impose de sortir de sa zone de confort. Avant, vous connaissiez votre sujet, vous maîtrisiez mais là, dans ce nouveau poste, ce nouveau métier… il y a une part d’inconnu !

Et comme vous êtes persuadée de ne pas être légitime, vous avez peur de vous tromper, de mal faire, de ne pas être à la hauteur. Vous déployez donc des stratégies pour justifier vos réussites.

Le risque, s’épuiser ou se décourager !

C’est là que les perfectionnistes entrent en action. Dans un environnement professionnel où l’on prône l’expertise et la performance, tout maîtriser peut être la clé pour être reconnue.

Certaines femmes enchaînent alors les formations dans l’espoir de tout connaître et d’enfin obtenir la légitimité qui leur manque tant. Le danger : dans un monde où tout va vite, les connaissances sont rapidement obsolètes. Ce qui est particulièrement vrai dans le domaine du digital.

Le sentiment de ne jamais en savoir assez devient alors un vrai frein pour créer son entreprise ou la développer. A déployer beaucoup d’énergie et de travail sans jamais atteindre le résultat souhaité, on se retrouve facilement avec un sentiment d’échec.

Quelque chose à prouver ?

On retrouve ce phénomène de surenchère aussi, dans le cadre d’une évolution professionnelle. Comment a-t-on pu penser que vous étiez capable de gérer un portefeuille de clients plus important ? Votre expérience et vos succès passés ? Non, n’importe qui aurait fait comme vous !

Comme vous n’arrivez pas à vous attribuer le mérite lié à votre savoir-faire, vous risquez fort de travailler deux fois plus pour prouver qu’on a eu raison de vous faire confiance, à vous. Sans compter le niveau de stress permanent avec lequel vous allez avancer !

Alors comment s’approprier ses réussites ?

Garder son « pourquoi » en ligne de mire !

Que vous ayez créé votre entreprise ou que vous ayez changé de poste, rappelez-vous POURQUOI vous avez pris cette décision.

Vous vouliez un meilleur équilibre entre votre vie pro et perso ? Vous vouliez apporter un nouveau style de management ? Surtout ne perdez pas de vue le sens de votre mission. S’il doit guider vos actions au quotidien, un petit coup d’œil en arrière, vous permettra de voir le chemin parcouru jusqu’à maintenant.

C’est d’autant plus vrai pour celles qui amorcent un virage à 180° ! Passer de chef de projet web à hypno thérapeute peut être difficile à assumer tant pour soi que vis-à-vis de son entourage. Raison de plus pour garder le cap !

Prendre conscience de son pouvoir d’action

Prenez le temps de faire le bilan. Qu’est-ce qui vous paraissait si difficile, voire inatteignable et que vous avez finalement réussi ? Quels talents avez-vous alors déployés ? En quoi votre expérience vous a-t-elle aidée ?

C’est le moment d’en prendre conscience et d’ancrer votre « scénario de la réussite ».

Pas d’imposture, c’est vous qui l’avez fait et vous pourrez le reproduire.

Cette analyse est particulièrement efficace pour celles qui travaillent dans une entreprise depuis longtemps et doutent de pouvoir transposer leurs compétences dans un autre environnement. N’hésitez pas à demander des témoignages à vos collègues ou clients, vous pourriez être agréablement surprise !

Clarifier les attendus

Enfin, arrêtez d’imaginer ce qui pourrait être le résultat idéal pour votre patron ou vos clients. Demandez-leur ! En posant des critères objectifs, vous vous rendrez certainement compte que vous aviez mis la barre vraiment très  (trop ?) haut ! Leur niveau d’exigence n’est peut-être pas aussi élevé que le vôtre. En clarifiant leurs attentes véritables, vous perdrez moins de temps à vous poser des questions et vous serez plus efficace.  Vous saurez là où sont vos points forts et vous identifierez plus facilement vos zones de progrès. Si on vous a choisi, vous, c’est pour votre capacité d’apprentissage alors faites baisser la pression ! On veut vous voir grandir et non vous ennuyer !

Vous vous reconnaissez dans le Syndrome de l’Imposteur ? Sachez que la perfection n’existe pas, ce qui compte, c’est le chemin ! Si vous avez envie d’inverser la tendance, inscrivez-vous à une séance gratuite (valeur 135€). Nous discuterons de votre situation et nous verrons si et comment je peux vous aider. Attention, seulement 5 places /mois.

 

Femme qui regarde sur sa tablette un article de Next Step For Women : "les 6 commandements des entrepreneures déterminées à réussir (sans sacrifier leur vie)"

Les 6 commandements de l'entrepreneure déterminée à réussir (sans sacrifier sa vie)

Téléchargez gratuitement la bible de l'entrepreneure épanouie

Bravo! vous allez recevoir votre kit d'ici quelque instant

Pin It on Pinterest

Share This